framasoft

Divorce Framasoft et Éducation

framasoft

Cette fois-ci, c’est fait. Framasoft claque la porte de l’Éducation nationale. Après des années de lutte et de travaux de promotion des logiciels libres, le ministère continue de clairement privilégier les outils de Microsoft. Forcément, au bout d’un moment, il y a de quoi s’agacer un peu. Avec toutes les actions et recommandations que l’association a faites, rien ne change et Microsoft est toujours le premier choix. Du coup, un article vient expliquer la position de Framasoft vis-à-vis du ministère de l’Éducation.

Que faire ? Les GAFAM sont bien trop puissants pour lutter comme cela. Et nos dirigeants sont bien trop sensible à leur pression, et leur portefeuille.

Il faut donc continuer la lutte, mais par d’autres moyens. Se regrouper, pour créer et développer de vrais alternatives, capables de lutter, proposant des outils performants et de vrais moyens pour les promouvoir. En clair, pas des CHATONS, des Lions.

  1. Difficile de faire avancer les choses en claquant la porte même si on peut percevoir l’essence même des motivations. Il est possible qu’un jour il faille la ré-ouvrir et c’est toujours plus compliqué. D’autan que l’EN, c’est avant tout une Ministre, pour l’heure assise sur un siège bien éphémère, et derrière, des enseignants qui ne sont pas obligatoirement positionnés en soutien. On peut donc affirmer que rien n’est perdu même si ce n’est pas gagné !

    La puissance des GAFAM aujourd’hui est incontestable mais elle n’est pas éternelle et l’informatique qu’ils nous mijotent dans les quelques années à venir manque cruellement de séduction. Les utilisateurs eux, commencent à découvrir les bribes de ces arcanes peu transparentes, avec une perception encore bien éthérée de leurs conséquences.

    Et cette perception même embryonnaire est importante.

    Effectivement, l’idéal serait de se regrouper pour proposer des alternatives séduisantes, informer, et même former. La lutte si inéquitable qu’elle soit ne me semble pas être la meilleure solution.

    Malheureusement, le monde libre est beaucoup dispersé. C’est normal puisqu’il est libre mais cette dispersion, qui est une force face aux GAFAM reste néanmoins une grande faiblesse aux vues des utilisateurs pour la perception d’immaturité qui s’en dégage.

    Mais où est donc le bon chemin ?

    Un Berruyer et peut-être bientôt un Bourgeois (selon notre maire).

    • Merci pour cette vision des choses, intéressante. Effectivement, où est le bon chemin, difficile à dire. Mais les CHATONS ne sont pas la solution je pense. Ils dispersent encore un peu plus les efforts…
      Former, informer, c’est ce que j’essaye, à mon modeste niveau, de faire avec ce site, avec feu Prof-Tux, et un autre projet en préparation. Les gens manquent cruellement d’information, c’est certain, trop occupé à poster des lolcats sur Fessedebook…

      Un Berruyer qui lit mon blog ? Sympa ça 😉

Commentaires fermés