Anonabox, routeur Tor.

Anonabox, routeur Tor.
15 octobre 2014 2 Commentaires Libre,News ANDRE Ani

Tux

Anonabox est un petit routeur, à installer chez soi, qui permet de surfer directement en passant par le réseau Tor, ceci afin de protéger notre vie privée. Il possède 2 ports ethernet et un module wifi. Il ne coute que 40 euros environ.

Pourquoi n’y a-t-il pas plus de projets comme cela ? Avec tous les scandales de surveillance, se serait, je pense, une bonne idée de démocratiser ce genre de technique et matériel, non ?

Si chacun avaient son petit routeur Tor chez soi pour se protéger, notre vie privée serait plus à l’abri.

Voici la page du projet sur Kickstarter.

Source : Silicon.fr

 

Tags
Au sujet de l'auteur
ANDRE Ani Militant pour l'usage de GNU/Linux et des logiciels libres, pour un internet libre et ouvert, en faveur de l'opendata. Utilisateur de GNU/Linux depuis plus de 15 ans, je tiens ce blog depuis 2008 pour diffuser et partager le monde du logiciel libre. Rédac web, blogueur, dév web junior, spécialiste logiciels libres, je suis plutôt polyvalent, curieux et touche à tout ;-)
Laisser un commentaire
  1. 1

    jaz

    « C’est la fin de Anonabox (le « routeur TOR »). C’est en réalité un routeur à 20 dollars avec un OpenWrt à peine modifié, le tout vendu 51 dollars. En prime, il y a une backdoor (mot de passe « developer! ») et un WiFi non sécurisé.
    De toute manière, ça ne pouvait pas tenir la route. Vous ne pouvez pas par utiliser TOR sans un navigateur spécifique sur le poste final. Sinon le moindre plugin ou bout de javascript va trouver votre IP réelle. C’est idiot. Il faut nécessairement un environnement d’exécution contrôlé sur le poste final. »

    http://hackaday.com/2014/10/17/anonabox-how-to-fail-horribly-at-kickstarter/

    Via http://sebsauvage.net/links/?U5R8uw

    1. 1

      ANDRE Ani

      Merci beaucoup pour cette correction ! Je l’avais vu mais, manque de temps, j’ais oublié d’en parler.
      C’est bien dommage quand même. Et, pour le crowdfounding, il faut se méfier parfois…
      Encore merci 😉